Moto

Comment bien prendre un virage à moto ?

La moto est un engin motorisé à deux roues destiné à la course, au transport ou au loisir. Il est en outre possible d’exécuter plusieurs types de figures avec une moto adaptée, notamment lors de compétitions. Conduire une moto requiert cependant beaucoup de pratique, notamment pour gérer les phases de virage durant lesquelles le système moto-pilote est dans un équilibre précaire.  

Des précautions à prendre avant de négocier un virage

Les trajectoires courbes exigent du conducteur de moto qu’il effectue des virages. Pour ce faire, le conducteur doit avant tout observer son environnement. Il est en effet très utile de prendre des précautions du genre, avant de négocier tout virage, que ce soit en campagne ou en agglomération. Il faut en outre adapter sa conduite en tenant compte du trafic, qu’il soit fluide ou non. En effet il est presque impossible de se retrouver tout seul sur la route, d’où la nécessité de toujours prendre garde aux autres usagers. Ceci est aussi vrai même en rase campagne où l’attention doit être de mise, notamment à cause des engins agricoles ou de l’incursion d’animaux sur la chaussée.

Le revêtement de la route est aussi un paramètre important à prendre en compte, vu qu’il influe directement sur la qualité de la conduite. Ainsi avec l’expérience, le conducteur pourra repérer les bandes blanches, les bosses présentes sur le bitume, les nids de poules ou autres accidents de parcours. Il est aussi conseillé de faire attention surtout quand la route est mouillée, ceci rend la chaussée très glissante avec des risques de chute réels.

La moto étant un engin qui se pilote à vue, votre regard doit donc être soutenu afin de prévenir tout risque et optimiser sa trajectoire. Vous devez en outre être en mesure de vous représenter la route mentalement, afin d’en faciliter l’analyse. Avec la pratique en outre, le motard doit être en mesure de plonger son regard vers le point de sortie le plus loin. Ainsi le regard accompagne normalement votre mouvement, même lors des dépassements. Il faudra fixer la route droit devant et non la voiture, afin que le cerveau n’attire de façon inconsciente votre corps vers le véhicule.

Virage à droite ou à gauche ?

Il existe des virages soit à droite, soit par la gauche, tous présentent une exigence en matière de bonne tenue. Ainsi le virage à droite demande que vous restiez en appui sur vos jambes et pas sur vos fesses, tout en ayant le dos droit. Vos pieds doivent en outre rester bien parallèles et en appui sur le repose-pied. Il est important que vos cuisses et vos genoux soient collés au réservoir, contrairement aux idées reçues. Ceci vous permettra de garder un certain équilibre sur votre moto et à la sentir au moment de détacher votre regard. Ne manquez pas de garder vos mains sur le guidon, sans crispation toutefois afin d’assurer la souplesse et la maniabilité de votre moto. N’oubliez pas de vous recentrer sur la voie de circulation en vous rabattant légèrement du côté de la ligne de dépassement. La moto doit aussi être droite et vous permettre de jeter un coup d’œil à l’état de la route et en évaluer les dangers. Lors d’un virage à droite, il est important d’appuyer sur le pied droit et d’incliner le genou gauche à l’intérieur du virage, vers le cadre de votre moto.

Le virage à gauche demande la même coordination de mouvement, mais de façon symétrique au virage à droite. Vous devrez aussi vous rapprocher des lignes de dépassement tout en préservant vos distances. Le risque sinon serait que votre tête se retrouve sur la voie en sens opposé durant un virage accentué à gauche ou en épingle. Faites par la même attention à votre inclinaison, notamment en adaptant votre trajectoire loin du bord intérieur. Vous devrez pouvoir sentir votre centre de gravité pendant que vous vous penchez, puis appuyez sur le pied gauche tout en inclinant le genou droit vers le cadre.

La vidéo explicative

Un virage à prendre avec précaution

Durant la phase de virage, la moto est dans une position relativement précaire où très peu de choses peuvent la déstabiliser. Attention donc au freinage brusque, préférez plutôt un freinage fluide grâce à une sollicitation souple du frein moteur. Vous devrez vous servir le moins possible du frein avant au cours du virage et dans une moindre mesure le frein arrière. Les accélérations brusques sont aussi proscrites, afin d’éviter tout dérapage de la roue arrière.

Une habitude que prennent les motocyclistes expérimentés consiste à négocier des virages sans réduire leur allure. Il est pourtant important de contrôler tout excès de vitesse, afin de ne pas s’exposer à un retrait ou à la suspension pure et simple de son permis. Les règles de sécurité routière ne doivent donc pas être foulées au pied, encore moins l’emport de votre équipement moto.

Rappel sur la posture du conducteur à moto

Le motard sur sa moto, bénéficie de 6 points d’appui que sont ses deux mains, ses deux genoux et ses deux pieds. Le conducteur d’une moto peut en outre tenir sa moto avec un ou deux de ces points d’appui, pour peu qu’il soit en ligne droite à vitesse stabilisée.

Mais lors d’un virage, il n’est pas question de renoncer à l’un de ses points d’appui, dans une posture dynamique et en gardant le dos droit. Tout le bas de votre corps doit aussi être au plus près possible de la moto, ce qui ne doit pas vous empêcher cependant de rester mobile. Le haut du corps doit quant à lui être totalement détendu, qu’il s’agisse du cou, des poignets ou des épaules.

Rappel sur la position de la moto par rapport à la chaussée

Il est capital de rappeler que les techniques de pilotage dans un circuit moto, ne sont pas conseillées pour une conduite sur route ouverte. Il existe un principe qualifié de trajectoire de sécurité, qui permet de garder la moto bien plus stable durant un virage :

  • Dans un virage en aveugle, il faut rester en extérieur jusqu’à voir la sortie ;
  • Dans un virage offrant de la visibilité, il faut rester en extérieur jusqu’à ce que la roue avant soit à hauteur de l’axe de sortie.

Il s’agit d’une technique employée par la gendarmerie française depuis des décennies et qui a prouvé son efficacité et sa cohérence. La méthode doit cependant s’appliquer de façon correcte, ce qui permet alors de rouler vite et en sécurité. En effet en adoptant cette trajectoire de confort, vous éliminez le risque de mauvaise surprise en virage et celui de devoir freiner sur l’angle.

Rappel sur la gestion de votre allure

L’allure dans un virage a son importance et le motard ne doit jamais entrer à fond dans un virage dont il n’aperçoit pas la sortie. Il ne s’agit pas que de vitesse, mais aussi du rapport de boîte engagé, ainsi que l’utilisation des freins et la gestion des gaz. Pour bien gérer son allure, il faut agir principalement sur trois éléments essentiels que sont :

  • Le sélecteur de rapport qui vous permettra de garder du gaz sans pour autant aller trop vite ;
  • Les freins dont il faut relâcher le levier avant au moment du virage, lorsque la moto débute son inclinaison ;
  • L’accélérateur qui doit fournir 1/3 des gaz en entrée du virage, 2/3 des gaz durant le virage et 3/3 des gaz uniquement en sortie de virage.
Montre plus

Gérard

Particulièrement attaché à la Vendée, j'y ai ouvert un garage et tiens ce blog en parallèle !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *